Eugène Samuel-Holeman

La jeune fille à la fenêtre - Prose lyrique de Camille Lemonnier

18,00

1CD

Pauline Claes – mezzo
Mathias Lecomte – piano

Sturm und Klang

Thomas Van Haeperen – direction

Claire Bourdet – violon
Maxime Stasyk – violon
Laure Bellessa – alto
Catherine Lebrun – violoncelle
Natacha Save – contrebasse
Kristien Ceuppens – hautbois
Sze Fong Yeong – cor
Roberta Brambilla – harpe

Wishlist

REF MEW1892 Categories,

Description

Contemporain de Claude Debussy, proche ami de Maurice Maeterlinck, le compositeur Eugène Samuel-Holeman (1863-1942) nous mène au cœur du milieu fin-de-siècle en Belgique, entre symbolisme et modernisme. La jeune fille à la fenêtre (1904) est un monodrame chanté sur un texte de l’écrivain Camille Lemonnier (1844-1913), figure majeure des lettres belges. Créée et défendue pendant une dizaine d’années par la célèbre mezzo Jane Bathori, cette « prose lyrique » étonnante tant par son instrumentation que par ses harmonies innovantes, est un témoin de l’émancipation du langage musical du tournant des XIXe et XXe siècles.

  1. La jeune fille à la fenêtre (1904)
  2. Album de croquis pour piano (1903) - La Côte d'azur. Le long de la rive.
  3. Et s’il revenait un jour (1898) - Poème de Maurice Maeterlinck
  4. Les cloches en la nuit (1909) - Poème de José Hennebicq
  5. Adieu (1909) - Poème de José Hennebicq

Informations complémentaires

Poids140 kg
Dimensions12 × 12 cm

3 avis pour Eugène Samuel-Holeman

  1. Laurent Bury – Forumopera.com

    « De 1904-1906 date La Jeune Fille à la fenêtre, et l’oreille est aussitôt saisie par l’effectif instrumental inhabituel (harpe, cor, hautbois et cordes) qui, joint au raffinement de l’écriture, convoque inévitablement le souvenir des expériences d’un Ravel dans ce domaine, avec même un petit côté Nuit transfigurée ici et là. Samuel-Holeman ne s’y exprime pas moins dans un style personnel. »

  2. Jean Lacroix – LIVRaisons

    « Toute la partie vocale de cette partition de trois quarts d’heure est bien défendue par Pauline Claes, à travers une composante d’amertume, de nostalgie, de regrets et de fatalité, des sentiments qui parlent à l’âme et nous interpellent quant à la fragilité de la nature humaine. La prestation de l’ensemble Sturm und Drang, fondé en 2000 par Thomas Van Haeperen et dirigé par ce dernier, est exemplaire. […] Sa complicité avec Pauline Claes est au diapason de cette indispensable résurrection. »

  3. Stéphane Renard – L’Écho

    « Cette pièce connut un franc succès jusque dans les années 1920 grâce à la mezzo Jane Bathori et constitue l’un des rares témoignages du courant musical symboliste en Belgique. Pour redonner des couleurs actuelles à ce chant autrefois moderniste, l’ensemble contemporain Sturm und Klang s’est associé au timbre généreux de la mezzo Pauline Claes. »

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…